Bette, Marie, Françoise et les autres…

Les femmes innovantes sont-elles des hommes comme les autres ? On retrouvera les mêmes ingrédients qui mènent à la nouveauté utile, mais le contexte est parfois très différent et les combats plus rudes. Rendons hommage aux femmes innovantes…qui comme les hommes ont inventé par erreur, passion et conviction.

Bette Nesmith Graham : qui se souvient que le fameux « blanco » ou correcteur liquide a été inventé par une artiste contrariée, reconvertie en secrétaire et qui, pour corriger ses fautes de frappe eut l’idée d’utiliser la technique artistique de la tempera pour camoufler ses erreurs. Rapidement imitée par ses paires dans son entreprise, l’idée fut vite un succès mis en pot…en 1956 par ladite inventrice. Pour ce faire, elle transforma sa cuisine en labo de fabrication où elle préparait au batteur électrique la fameuse mixture magique, avec le succès que l’on connaît aujourd’hui.

Impertinence : les hommes inventent dans un garage, les femmes dans leur cuisine ?

Marie Curie, inventrice de la radioactivité (peut-être l’une des rares femmes dont on se souvienne ce qu’elle a inventé…à cause/grâce au prix Nobel ?) : 2011 est l’année où la France et la Pologne fêtent le centenaire de l’attribution du prix Nobel de Chimie à Marie Sklodowska Curie.
Si la radioactivité reste indubitablement associée à son nom, qui se rappelle que Marie Curie a ouvert l’accès des femmes aux métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur en étant la première  à occuper un poste de chargé de cours à l’université de Paris (en remplacement de son mari décédé).
Son ambition consistait à acquérir des connaissances scientifiques égales à celles d’un homme, ce qu’elle réussit en obtenant son diplôme de physique en 1893.
Impertinence : quelques années plus loin, le salaire équivalent devient-il signe d’égalité de compétences ?


Françoise Giroud
: Première journaliste de son époque et fermement engagée du côté des femmes certes, mais à  lire le dernier ouvrage de Laure Adler, c’est la vision d’avance de Françoise Giroud qui ressort avec fulgurance : son empathie permanente avec ses lectrices et ses lecteurs. Elle n’a cessé d’inventer…ce qui existe toujours aujourd’hui et que le e-journalisme n’a pas dépassé.
Elle n’a cessé d’imaginer les nouvelles façons de capter et retenir son lectorat : enquêtes, suppléments, sondages, couverture « en live » des grands événements

Et puis il y a toutes celles qui prennent le relais chaque jour, les mompreneuses par exemple et celles que l’on retrouvera aujourd’hui lors de la remise du prix entrepreneuse 2011 !



Impertinence de F. Giroud : « La féminité n’est pas une incompétence. Elle n’est pas non plus une compétence ». Cela mérite bien, chaque année, une journée pour être rappelé !


0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>