"C’est nous qui l’avons fait", un mouvement à suivre

La mode du « C’est moi qui l’ai fait » (Do It Yourself – DIY) a toujours le vent en poupe comme le montre le site Dawanda qui vend les productions « faites maison ».

Comme une tendance induit toujours une contre-tendance, regardons ce qui se passe du côté d’internet et des espaces collaboratifs, places de marché pour co-construire des idées, des produits, des services.

En inversé, on pourrait parler de « c’est nous qui l’avons fait ». Cette posture a même son festival puisque l’institut culturel Brakke Grond organisait à Amsterdam en avril dernier les ‘Don’t-Do-It-Yourself Days’ (DDIY au lieu de DIY). Le principe consiste à rassembler des esprits créatifs afin de résoudre ensemble des problèmes plutôt que d’essayer de les résoudre tout seul.
Pour mieux comprendre, je vous propose d’aller directement sur le site (où tout n’est pas traduit en anglais mais la majorité).
Si la démarche collaborative commence à s’ancrer dans les entreprises via l’innovation participative, les ateliers d’émergence d’idées, les brainstorming…, ce sont peut-être les industriels prônant jusqu’à présent le fameux DIY qui pourrait proposer également le DDIY de façon plus sytématique.

Des exemples concrets de « démarche collaborative » appliquée à l’usage de produits ?

    • Existant : les clubs de loisirs créatifs bien sûr (scrapbooking, tricots et autres), où chacun se donne des conseils et échange pendant qu’il réalise son ouvrage. Néanmoins, on voit rarement un pull tricoté à 15 personnes.

 

  • A développer pour donner une seconde vie participative à « l’après-vente » :
    Pourquoi Ikea ne proposerait-il pas le concept de « montage de meubles party » ? ou tout autre fabricant proposant des produits  » à monter soi-même », une autre alternative à ce que ceux-ci proposent désormais le montage par un professionnel agréé.

 

Alors que nous ne cessons de créer des fêtes pour stimuler la convivialité (Fête des Voisins…), pourquoi ne pas utiliser aussi les occasions de la vie courante ?

Ou comment faire des émules de personnes qui n’achètent pas vos produits parce que justement ils veulent que tout soit prêt à emporter ou prêt à utiliser ?

Le « c’est nous qui l’avons fait » pourrait bien devenir aussi célèbre que son antonyme !

A suivre…

Source image : Fiskars Community Album

Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>