Comment lutter contre la grosse fatigue de la créativité et de l’innovation ?

Quand et pourquoi commence-t-on à éprouver une grosse fatigue de la créativité et de l’innovation? Les raisons sont variées, cela peut tenir :
  • au fait de lire pages après pages dans la presse les exploits innovation de telle ou telle entreprise et de ne toujours pas réussir, en interne, à déloger Dupont de ses positions néanderthaliennes sur un nouveau développement qui assurerait de nouveaux marchés à votre entreprise.
  • à la répétition de séminaires pour développer le potentiel créatif de vos équipes quand, en rentrant, ils doivent suivre un process qui ne souffre pas le moindre questionnement.
  • au dernier consultant croisé qui vous a parlé de design thinking, de web 2.0, de storytelling ou d’éco-développement et que vous, vous demandez comment atteindre le budget que vous avez communiqué à vos actionnaires. Mais si cela peut aider, pourquoi pas ?
  • aux brainstormings internes, qui ne sont pas préparés (ah, ça se prépare ?) durant lesquels on a plein d’idées qui ne sont jamais appliquées…euh pourquoi au fait ? parce que la moitié des idées existent déjà ailleurs (on ne va copier quand même!) ou parce qu’il ne restait plus assez de temps pour élaborer le plan d’actions ou parce qu’on est passés trop vite aux solutions…connues.
    Enfin, peut-être parce que c’est Gégé, le Gentil Animateur, qui s’y colle à chaque fois à l’animation du remue-méninges dans la salle de réunion du fond aux posters défraîchis…Gégé est bien sûr très dynamique et empathique mais ne souffre-t-il pas lui-aussi d’un peu d’usure?
  • Vous avez déposé x brevets qui protègent vos derniers développements produits mais vous êtes en train de vous rendre compte que votre supply chain est une référence dans son domaine…comment protéger, capitaliser ce savoir-faire ?
  • Ou vous tombez par hasard sur le site de Vanity Fair et vous avez envie de vous abonner à leur flux d’informations…et vous êtes pris d’un indicible vertige (image via weather pattern)


    J’aurais pu continuer la liste, mais je laisse libre cours à votre imagination !

Vous allez commencer à penser que je n’ai qu’une envie : vous plombez le moral ! Eh bien pas du tout au contraire. Cela va vous demander un petit effort car il faudra lire en anglais mais vous ne le regretterez pas. Les deux livres intelligents (déjà cités dans Une Rentrée sous le signe de l’innovation réalité), intéressants, « pas écrits comme les autres » et à lire sont :

« Conquering innovation fatigue » de Jeffrey Dean Lindsay, Cheryl Perkins, and Mukund Karanjikar. Le parti-pris du livre ne consiste pas à développer une nouvelle théorie et à chercher les exemples qui viendront émailler de façon pertinente leur raisonnement.
Ils relatent leur expérience réelle, de la-vraie-vie-de-l’innovation avec des exemples frais d’entreprises ayant réussi à relever tous ces petites fatigues qui empêchent d’innover vraiment.
Ils ont regroupé ces petits tracas de l’innovation quotidienne en 3 grands domaines illustrés ci-dessous (les gens, l’organisation et les relations avec le périmètre externe de l’entreprise), soit 9 grandes causes en tout :


Le second livre qui s’attaque à la question de la créativité est Borrowing Brilliance de David Murray (sinon lire ou relire les livres de Luc de Brabandère).

Pourquoi j’ai aimé ce livre ? Parce qu’il se lit comme une histoire (nous y revoilà!), reprend certains exemples bien connus mais nous transporte dans la vie courante : comment je fais pour avoir une idée ?
Le style est à la fois très simple, mais le fond est très inspirant et très inspiré. Si Murray ne réinvente pas les étapes de la créativité (voir ci-dessous les 6 étapes), il y a de fortes chances qu’en ayant refermé son livre vous ayez compris comment chercher de nouvelles idées, vous ayez envie d’appliquer immédiatement le principe et que vous ne vous disiez plus « elle est trop simple mon idée ».

Etape 1: Définir le problème que vous êtes en train d’essayer de résoudre (l’un des chapîtres les plus intéressants car l’auteur souligne bien tout l’art et la finesse de cette étape).
Etape 2: Emprunter des idées de domaiens connaissant le même problème que le vôtre.
Etape 3: Connecter et combiner les idées « empruntées »
Etape 4:
Incuber pour laisser ces idées se développer.
Etape 5:
Juger (à la fin seulement !) en identifiant les forces et faiblesses de votre solution.

Etape 6
: Améliorer en éliminant les points faibles et en renforçant les bénéfices de votre solution.

Enfin, pour vous inciter à mettre en pratique, je vous propose deux petites balades inspirantes complètement différentes l’une de l’autre :

  1. Pour ceux qui sont plutôt inspirés par d’autres marchés, faire un petit tour du côté de « France Destination Business » ou comment la marque « France » se vend aux investisseurs étrangers.
    Vous y trouverez certainement quelques idées à piocher sur les secteurs porteurs et segments de marché dynamiques…à attaquer ?
  2. Pour ceux qui sont plus sensibles aux stimuli visuels et à l’analyse du signifiant/signifié, partez directement faire le Tour du monde des recettes de Hot Dogs !

Image titre: High Resolution Photostock

Reblog this post [with Zemanta]

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>