Et si vous lanciez des produits Bêta ?

Tout le monde connaît la version bêta d’un logiciel. Pour rappel, il s’agit d’une pré-version. Elle n’est pas commercialisée car elle n’est pas encore complètement finalisée (ou « stable » pour les pros) et peut comporter quelques défauts de conceptions (ou « bogues » si vous êtes initiés) que des des « bêta testeurs » sont chargés de détecter. Microsoft lance ainsi son internet TV en version Bêta.

Ca c’est la version…officielle ou historique. Désormais les éditeurs de logiciels lancent des versions Bêta officiellement et utilisent ainsi le système pour tester et faire rapidement évoluer leur concept.

La logique des versions Bêta s’inscrit directement dans celle de la co-conception actuellement en vogue sur différents marchés (voir les exemples du consommateur-collaborateur ici dans le 5ème paragraphe).

La question que je l’on peut se poser c’est finalement pourquoi seuls les éditeurs de logiciels fonctionneraient-ils comme cela ?

Pourquoi un nouveau produit serait-il complètement fini quand il est lancé ? Aujourd’hui, les fabricants ou industriels développent en amont la co-conception pour réduire les délais, mais pourquoi pas après aussi ?

On pense tout de suite aux inconvénients : certains constructeurs automobiles utilisaient un peu cette méthode auparavant. Il était préférable de ne pas acheter un modèle d’une marque X – pour ne pas la citer – durant la première année de lancement. Sinon, l’acheteur pouvait découvrir avec désagrément que sa voiture faisait partie du lot Y sur lequel le pot d’échappement avait été mal réglé etc…L’année 1 d’une voiture servait un peu de test pour amélioration.

Et si on réfléchissait maintenant aux avantages ? Un produit Bêta, cela peut aussi signifier :

  • Un produit payant, non doté de toutes ses fonctionnalités ou des caractéristiques communément attendues. N’est-ce pas le cas du PC à moins de 200 dollars ?
  • un produit fini à 80% et 100% fiable dont 20% peuvent être développés par le client final ou d’autres parties de la chaîne de valeur (l’idée de la customisation technique et fonctionnelle donc pas dans le sens esthétique actuel). N’est-ce pas le cas de l’Iphone ?
  • un produit simple pour tester les possibilités d’extension et d’évolution. Dans le cas des produits dotés d’une technologie innovante, le défaut des fabricants consistent souvent à rajouter énormément de fonctions.
    Pouquoi est-ce un défaut ? Parce que la plupart du temps, les utilisateurs du produit ne se concentrent que sur les 20% des fonctions essentielles en quelque sorte.
    Pour ce type d’industrie, se mettre aux produits Bêta, leur permettrait d’éviter le piège du « plus c’est mieux » et de raisonner « utile et efficace, c’est mieux ».

Je vous laisse imaginer toutes les autres possibilités Bêta car on y viendra : le consommateur collaborateur c’est maintenant, le consommateur anticipateur c’est demain tandis que le besoin de simplicité sera de plus en plus crucial…et les réseaux toujours plus prégnants.

1 Commentaire

  1. Anonymous 13 novembre 2007 Répondre

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>