Ford MyKey : l’innovation à côté de la plaque

« MyKey« , c’est la dernière innovation chez Ford. Il s’agit d’une idée a priori pertinente : une clé intelligente pour éviter que les jeunes conducteurs ne se « lâchent » au volant.

Quand l’adolescent introduit la clé au démarrage, le véhicule reconnaît immédiatement le profil du conducteur, à savoir « novice et prêt à en découdre parfois avec la route ».

Concrètement, la petite clé peut contrôler automatiquement (après pré-programmation de celle-ci par les parents) la vitesse de conduite (pas plus de 130 km maximum par exemple et la moyenne kilométrique par heure), mais aussi le son de la radio, ou encore prévenir par un signal sonore si le réservoir atteint un seuil critique etc…

Le système MyKey a tout pour lui :

  • Les parents (acheteurs et décideurs) adorent : les études de marché réalisées par Ford montrent que 75% des parents apprécient le contrôle de la vitesse et de la radio, tandis que 67% des adolescents-conducteurs détestent.
  • Le concept surfe sur le renforcement de la sécurité routière (les accidents de la route sont la 1ère cause de décès chez les adolescents aux Etats-Unis et en France). Ford se révèle ainsi sous un aspect « entreprise responsable ».
  • MyKey devrait être disponible en 2010.
Il semble difficile d’émettre quelques doutes sur une clé destinée à faire le bien public. Pourtant, cette innovation arrive, selon moi, trop tard et elle est complètement à côté de la plaque :
  • Est-ce que cela fera vendre plus de voitures dans un contexte déjà peu favorable ?
  • Le futur des jeunes conducteurs et leur responsabilité ne passerait-elle pas plutôt par une éducation à se déplacer autrement au lieu d’apprendre à mieux conduire.

On peut ainsi s’interroger sur les méthodes employées pour innover, d’une part, et la notion d’évolution de métier d’autre part.

MyKey est le fruit d’une écoute attentive des préoccupations de ses clients (jusque-là tout va bien), en revanche le résultat tient à une mise en perspective entre « attentes clients » avec ce que sait faire l’entreprise ou ce qu’elle a dans les tiroirs comme on dit.

Or, dans certains cas, l’entreprise doit se projeter vers ce qu’elle ne sait pas faire non plus pour imaginer de vraies nouvelles solutions. Enfin, qui achètera vraiment le concept en 2010 ? Entre les études qui affirment que le client approuve à 80% et la réalité qui révèle qu’ils ne seront que 10% à passer à l’acte…l’histoire de l’innovation des marques est longue de cet amalgame rapide entre « intention = achat ».

Ensuite, si l’histoire et l’aménagement du territoire américain ont rendu la voiture indispensable, il est temps d’être vraiment responsables : quels nouveaux systèmes de mobilité pour préserver non pas uniquement la vie des jeunes mais tout notre écosystème : « le maintien d’un emploi éloigné », « les courses à faire », « sortir se divertir »…et, bien sûr, l’environnement.

Alors, qui seront les fournisseurs des systèmes de mobilité demain ? pour Ford, cela ne semble pas encore évident, la SNCF (qui diversifie et ramifie son territoire avec son annonce, fortement décriée, d’achat de 200 licences de taxis) ? Air France (et ses futurs Train à grande Vitesse) ? Les loueurs de véhicules qui auront inversé le rapport de force avec les constructeurs automobile ? Les constructeurs automobiles qui seront devenus des loueurs de mobilité ? Toyota et ses robots… pour bouger et vivre libres?

Les jeux sont ouverts…mais plus pour longtemps !

Source : BusinessWeek – octobre 2008.
Pour en savoir plus sur l’innovation chez Ford, c’est ici.

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>