Idée 2008 n°4 : OSER !

En 2008, offrez-vous un nouvel état d’esprit ! Rien de tel qu’un changement d’année à venir pour prendre de bonnes résolutions : OSER !Voici quelques pistes…

s’Ouvrir :

    1. Ne restez plus bloqués avec des phrases du style « Ca ne marche pas ! » « Comment trouver de nouvelles idées ? » etc…
      – Questionnez autrement : « Et si ? »
      – Changez de perspective
      – Reprenez le problème de zéro
      – Comment l’objet posé devant vous peut-il vous apporter une solution ?
      – Sortez faire un tour
      – Parlez-en à quelqu’un qui ne connaît rien à votre problème…

 

  • Rapprochez la sphère personnelle du professionnel

 

– Du plus simple : du rapport d’étonnement demandé aux nouveaux arrivants chez Danone, aux réunions de rapport d’étonnement autour d’un livre, une exposition visitée et quels liens pertinents peuvent être faits avec les problématiques de l’entreprise.

– Au plus poussé : pour SFR, les expériences associatives sont riches d’enseignement et de nouvelles idées pour l’entreprise ! L’entreprise de Telecoms a développé le congé solidaire, en partenariat avec l’association Planète Urgence. Ce système permet aux collaborateurs SFR de développer leurs actions citoyennes.
Quant à Google (difficile de ne pas le citer), il accorde 20% de temps libre à ses salariés pour qu’ils explorent de nouvelles pistes.

 

  • Intéressez-vous à la société en général et pas uniquement à votre marché.
    La convergence sera le maître mot de 2008, pas seulemnt pour le multimedia. Votre concurrent ne sera pas forcément celui auquel vous pensiez !
    Faites-vous une idée claire des grandes tendances émergentes, puis de celles qui risquent d’affecter votre activité.

 

 

  • Questionnez encore et encore…

 

– Qui sont vraiment mes concurrents ? Peut-être sont –ils plus nombreux ou plus décisifs que prévus ? Quels brevets déposent-ils ? Exemple : l’Oréal qui déposent la majorité de ses brevets liés à la santé mais aussi dépôt de la marque Mobile Me by Apple (en 2005 pour devenir …l’Iphone en 2007!).

– Quelle segmentation marché sur les marchés matures ? Usages et Attitudes ? Simplification ? Recherche de solutions ?…

- Revisiter la dimension exclusive acheteur : aujourd’hui une entreprise ne peut plus s’adresser uniquement à ses consommateurs : jusqu’à présent elle s’adressait au mieux à ses acheteurs, ses distributeurs, ses prescripteurs. Maintenant les pouvoirs d’influence (alter-acteurs) doivent aussi intervenir dans la chaîne.

– Regarder au plus réel le consommateur :
N’oubliez pas qu’un après-midi passé dans un point de vente ou lieu de consommation pour observer ce qui s’y passe est souvent très instructif.
De façon plus sophistiquée (cf Findus et ses études in situ avec caméras), invitez-vous chez vos clients !
Intégrer la démarche de co-conception : très en vogue en 2007, on ne parlera que de cela en 2008. Mais pour innover « vraiment », n’oubliez pas de vous centrer sur les usages déviants de vos produits et de vous inspirer de ceux qui, justement, ne sont pas vos clients !

S‘Approprier :

Les bonnes idées des autres, restent celles …des autres ! Pensez à ADAPTER ces bonnes idées à votre contexte d’entreprise car vous n’êtes ni Google, ni Apple…
Pour un petit rappel méthodologique, revoir la série « Comment adapter les idées« .
Echanger :

– Du plus simple avec le principe du Lab’ Créatif, une cellule dédiée à la réflexion sur des thématiques centrales de consommation (chez France Télecoms : polysensorialité, nomadisme, connexion ou chez Cadbury Schweppes : se rafraîchir, mâcher, nettoyer).

– Si vous êtes déjà aguerri, mettez en place un Système de Management des Idées qui permet de « recupérer toutes les bonnes idées dans l’entreprise » et de les développer.
En 2008, il y a fort à parier que ces sytèmes intégreront également les consommateurs, distributeurs et autres partenaires extérieurs…

– Echanger se fera encore plus inter et extra entreprises, parce que l’innovation est de plus en plus un processus multisite et multifonction avec la nécessité d’exploiter les talents ou ressources là où elles se trouvent.
Osez donc le jeu du développement partagé !

Pour finir, un petit zoom sur le cas Mineatec Laboratory. La presse en a beaucoup parlé en 2006 et 2007 mais l’approche reste encore peu répandue. Pour ne pas oublier les bonnes idées, lisez la suite…

Le CEA, STMicroelectronics et France Télécom ont officialisé la création de MINATEC IDEAs Laboratory®, laboratoire multidisciplinaire dont l’objectif consiste à innover dans les applications, les objets et les services utilisant les micro et nanotechnologies.

La démarche du laboratoire permet de s’assurer en amont, dès la phase de conception, de l’intérêt des futurs utilisateurs pour les applications proposées ; ainsi, les industriels investissent de manière plus ciblée dans la technologie.

La création officielle de MINATEC IDEAs Laboratory® va de pair avec l’ouverture vers des industriels proches de l’utilisateur : automobile, grande distribution, électroménager, bâtiment, santé. De même que des acteurs des sciences humaines et sociales participent déjà aux travaux : sociologie, anthropologie, ethnologie et économie.

Concrètement, le Laboratoire répond à quatre questions :

– Comment concevoir cette innovation pour qu’elle ait des significations d’usages positives (c’est-à-dire qu’elle ait du sens pour l’utilisateur) ? Question qui fait appel aux spécialistes en sociologie et en anthropologie de l’usage.

– Comment la concevoir pour qu’elle soit utile dans les activités de l’utilisateur (utilité) ? Cet aspect s’étudie au regard de l’ergonomie cognitive.

– Comment la concevoir pour qu’elle soit facile à comprendre et à utiliser (utilisabilité) ? Cet aspect s’étudie au regard de l’ergonomie cognitive et de l’analyse des interactions humaines.

– Comment la concevoir pour qu’elle ait une valeur supérieure au prix de marché de référence ? Cette question est explorée par l’économie expérimentale et le marketing.

Enfin, on retiendra le process développé par Minatec Laboratory, le process de « conception assistée par l’usage » :

– La veille « usage » : être attentif aux signaux pertinents d’évolution de l’usage.
– La créativité : faire émerger avec des utilisateurs potentiels des idées d’application, trier ces idées, les formaliser et mettre en scène les concepts innovants.
– Le maquettage : réaliser des maquettes fonctionnelles de ces nouveaux objets permettant de dérouler des scénarios d’usage.
– Les test d’usage : réaliser auprès d’utilisateurs potentiels des tests d’usage expérimentaux en sociologie de l’usage, en ergonomie cognitive ou en économie expérimentale.

Qu’est-ce qu’il vous reste à faire maintenant ? Plus rien, puisque vous avez tout en mains pour…

 

Réinventer vos marchés en 2008 !

Marianne Dekeyser

1 Commentaire

  1. Claire Romanet 7 janvier 2008 Répondre

    J’adore vos billets, fort bien documentés, bravo.
    Je me suis permis de vous citer ce jour sur notre blog http://www.elaee.com au sujet de la Génération Y.

    A bientôt.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>