Identifier les technologies de demain

Le « technology scouting » (dépistage de technologies) suit la même logique que n’importe quelle recherche d’opportunités (marché, business…).

Cette recherche doit être à la fois liée aux objectifs stratégiques de l’entreprise et mise en perspective avec les marchés.

La principale différence peut tenir à « l’acquisition » de la technologie en tant que telle et encore (de plus en plus de développements de nouveaux produits ou services nécessitent des partenariats industriels : quand le produit ou service ou process ouvre un nouvel usage, de nouveaux comportements etc…le savoir-faire existe rarement dans l’entreprise ou s’il existe cela vaut vraiment la peine de regarder ce qui fait à côté).

Les étapes et principes peuvent se résumer ainsi :

  1. Rechercher les opportunités
  2. Evaluer ces opportunités et leurs capacités (les critères de sélection sont variés et pluriels : potentiel de la technologie, pertinence avec les évolutions de marchés, valeur de la propriété intellectuelle, typologie des partenaires potentiels, rapidité d’action ou non
  3. Déterminer et négocier des accords « gagnants-gagnants »
  4. Déployer, suivre, faire évoluer.

Les qualités d’une équipe ou d’une personne responsable de ce dépistage restent également identiques :

  1. Avoir une connaissance approfondie des tendances de marchés (pas uniquement ceux sur lesquels agit l’entreprise)
  2. Utiliser des ressources larges et variées.
  3. Avoir connaissance de la stratégie de son entreprise et de ses compétences (les équipes sont donc rarement constituées uniquement d’ingénieurs, mais aussi marketing, stratégie…)
  4. Etre toujours au faîte des tendances émergentes et des dernières technologies.

Le cas des laboratoires Deutsche Telecom (ci-dessous) constitue une bonne entrée en matière avec le processus de recherche :
Quelles sont alors les sources d’information envisageables ? les événements, les associations, les places de marché technologiques, les intermédiaires technologiques, les universités et laboratoires de recherche, les bases de données, les sociétés de management de la propriété intellectuelle, les fournisseurs de logiciels dédiés.

Puis ces sources doivent être triées et/ou utilisées selon leur pertinence, c’est à partir de là que tout devient plus compliqué car il est nécessaire de faire son tri avec la grille stratégique déjà pré-établie (cf critères de décision ci-dessus). Or souvent, les entreprises fonctionnent dans le sens inverse en investigant des thématiques finalement très vagues et, à l’arrivée, peu exploitables ou nécessitant un tableau de tri qui enthousiasmera les pros d’Excel mais pas les directions stratégiques.

Alors comment faire une incursion dans le monde de ces technologies prometteuses, à portée de main ? Jetez un oeil par exemple sur les études « Cool Vendor 2009 » éditées par Gartner.

Qui sont ces « cool vendors » ? Toujours selon l’institut des toutes petites entreprises qui ont développé un produit ou service :

  • Innovant : qui permet aux utilisateurs de cette technologie de « faire des choses » qui étaient impossible sans celle-ci.
  • Ayant un impact business (identification de bseoins non couverts) : et non la technologie pour le plaisir de dvelopper une nouvelle technologie.
  • Etonnant : qui a suscité un réel intérêt ou la curiosité des consultants Gartner (qui s’y connaissent un peu en matière de technologies).

En route pour demain !

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>