Institut Biomimicry : pour être naturellement inspirés

Dame Nature reste une source d’inspiration inépuisable en matière de R&D mais aussi de process et de résolution de problème.Ce qui change avec la création du Biomimicry Institute (l’imitation bio) ?


  1. Il s’agit tout d’abord d’une association américaine (soutenu par de grands noms comme Al Gore…) qui cherche à promouvoir le transfert d’idées de la Nature au design produits mais aussi au développement de technologies et de pratiques pour un monde plus sain et responsable.

  2. Le projet est initié par Janine Benyus , célébrée par TIME International pour son engagement responsable et son approche innovante : « la nature a déjà tout inventé, prenons en exemple pour innover. la Vie a déjà réalisé ses expérimentations de R&D au sein de son laboratoire, la Terre et ceci depuis 3,8 milliards d’années.
    Ce qui existe aujourd’hui constituent les meilleures idées. Quel que soit votre défi en matière de design, il y a de fortes chances pour qu’un des 30 millions de créatures existantes ne l’aient pas déjà rencontré et résolu. »
     
  3. L’association offre deux clés d’entrée selon votre statut : entreprise privée ou organisme et adapte ses services selon votre profil : du conseil dans le premier cas et une communauté de pratiques et de programmes pour le second. 
  4. La compilation à venir des 100 meilleures « ecotechnologies » mettra en exergue les organismes et écosystèmes qui ont plus grand potentiel innovant pour les domaines suivants : production, matériaux, santé, énergie, chimie, agriculture, préservaiton des forêts, pêche, construction, économie etc…. 
  5. D’ici là, vous pouvez découvrir l’exemple des requins (impressionnant!)en cliquant sur l’image en haut à gauche ou ici pour plus de détails.

Que peut-on retenir de cela ?

  • Le retour (en arrière ou en avant ?) du bon sens : la pensée latérale parfois jugée « facile » mérite un vrai détour. Pour en savoir plus relire De bono, mais aussi Ideawise. 
  • Que le choix entre « to be eco or not to be eco » est dépassé dans le cadre de l’innovation. La démarche n’est plus optionnelle; il s’agit désormais d’une « contrainte » de départ et non plus une opportunité de marché.
    Sur ce sujet, je vous recommande vivement le livre de Bill Mac Kibben « 
    Deep Economy » dans lequel il propose un nouvel état d’esprit autour des mots « croissance, innovation, planète ».
Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>