Le concept "3-en-1" totalement revisité

Jusqu’à récemment, le bénéfice « 3-en-1″ signifiait « 3 produits ou 3 bénéfices en 1 seul produit ». On soulignera que ces bénéfices étaient toujours liés à l’usage produit.

Par exemple le shampooing 3-en-1 lave mais apporte également volume et brillance (usage « soin des cheveux ») ou encore un appareil domestique qui fait aromatiseur , purificateur et humidificateur d’air répond à un usage de « traitement de l’air » et enfin le service « Inkdrop 3-en-1 » selon Staples.

Voici un nouveau concept qui devrait largement inspirer les industriels de tous bords : le « produit doté de 3 bénéfices : environnemental, humanitaire et éducationnel » et de plusieurs secondes vies. C’est ce que propose la nouvelle société Eco-Connect Bottle.

Quel est le principe ? Une bouteille d’eau PET complètement recyclable, thermoformée avec une sorte « de pas de vis » au fond de la bouteille ». Le système ne se voit presque pas, ce qui ne dénature pas le style de la bouteille et permet de clipper les bouteilles les unes aux autres (le principe est donc notamment similaire à celui des Lego où vous construisez en assemblant des briques en plastiques).

Quel est l’intérêt ?

Remplir sa fonction initiale de contenant de boissons, Servir l’imagination des enfants pour construire des jeux (voir la cage de but à droite ou le bureau ci-desous).
Etre également utilisé pour les constructions « low-cost » dans les pays avec des zones d’habitations précaires non isolées.

Ce qui change vraiment :

Les 3 dimensions en tant que telles et (presque) citées comme un tiercé gagnant + les différents karmas du produit : un usage originel et des usages dérivés mais déjà pensés en amont.

Ces bénéfices sont directement intégrés ensemble dans le produit et ses usages.
En effet, les industriels prônent souvent soit l’aspect recyclable du produit, soit l’aspect responsable du contenant (Labels eco…), voire les deux mais rarement les 3 en même temps. De même que la « deuxième vie » du produit après usage reste rarement mise en exergue par les fabricants ou plutôt sous l’aspect créatif : les pots de yaourts en verre avec des fiches créatives pour les réutiliser etc…

Des « secondes vies » vendues et affichées avec le produit (à noter que le discours s’adresse à des professionnels, à voir comment il sera traduit à des clients finaux): les notions d’expérience et d’usages produits souvent exploitées dans la génération de nouvelles idées selon la chronologie suivante « avant, pendant et après » deviennent contextuelles. Ainsi le produit s’adapte-t-il au contexte d’usage. Serait-ce la naissance de produits de grande consommation empathiques et vraiment nomades ?

L’innovation mise au point par la société Eco-connect Bottle ne repose-t-elle que sur un rêve un peu trop grand pour elle ou sur un effet d’annonce ?

Elle préfigurerait néanmoins deux choses :

  1. Les produits ou services qui souhaitent devenir vraiment responsables vont devoir reconsidérer et élargir leur proposition de valeur : « on le dit, on le fabrique ».
  2. Si les produits ou services de demain évoluent comme tels, les industriels vont inévitablement s’ouvrir de nouveaux champs d’opportunités et…de nouveaux concurrents ! C’est moins empathique que pragmatique comme conclusion mais n’oublions pas que la valeur ajoutée n’existe et ne dure que si elle est partagée par toutes les parties prenantes.

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>