Le retour de la taille intermédiaire

Le monde de l’entreprise n’avait pas échappé à la vision dichotomique ambiante, oscillant principalement entre le nano et le giga.

A force de vanter les mérites des grosses entreprises et des petites structures made in le garage, on en aurait presque oublié qu’il existait des entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui croissaient, innovaient et (attention gros mot) se portaient bien.

Le premier Ministre français vient de confier une mission qui va dans le sens de la revalorisation et de l’augmentation du nombre de ces ETI (l’acronyme n’est pas très heureux en termes de phonétique) au sénateur Bruno Retailleau (communiqué disponible via

Comité Richelieu).

A quoi tient ce nouvel engouement ? Peut-être à certaines lectures bien éclairées, comme celles de

Hermann Simon, qui étudie depuis 20 ans ces structures de taille moyenne.

Celui-ci vient de sortir récemment : « 

Hidden champions of the 21st century« , son troisième opus sur le sujet.

Quelle légitimité porter à cet ouvrage ? Une observation et des recherches approfondies depuis de nombreuses années. Plus de mille entreprises sur les différents continents ont été « disséquées ». Enfin, pour celles ou ceux qui restent sensibles à la notoriété, Hermann Simon serait, selon une étude réalisée en Allemagne, le deuxième penseur manageurial après Drucker.

Mais qui sont ces fameux champions cachés et que font-ils donc d’extraordinaire ? Quelles pratiques partagent les aquariums Tetra, Bobcat spécialisé dans l’agri équipement, Hamamatsu Photonics et Petzl pour n’en citer que quelques uns.

1. Ils sont n°1, 2 ou 3 dans le marché mondial ou n° 1 en Europe
2. Leur chiffre d’affaires avoisinent moins de 3 milliards d’euros
3. Ils sont peu connus du grand public.

Les facteurs clés de succès reposent sur :

  • Leur approche quasi holistique des clients : leur compréhension clients et leur proximité avec ceux-ci, en les associant notamment fortement aux développements de nouvelles offres ou solutions, avec la mise en place d’équipes interdisciplinaires dédiés à chaque typologie clients, pour leur offrir une expérience unique. Ils privilégient le déploiement horizontal plutôt qu’horizontal.

  • Un vrai leadership de la part de leurs dirigeants avec un souci de continuité, de gestion et d’orientation à long terme malgré les turbulences économiques. Dans son livre, Simon décrit en détail pourquoi les champions cachés sont de véritables modèles de leadership et de gestion au-delà de la crise.

  • La « force durable » de ces ETI s’inscrit dans une vision claire, un engagement et une endurance inébranlables, faire les choses (paradoxalement) tranquillement mais avec détermination.

Pour plus de détails sur les principes de vie de ces entreprises, voir le diaporama de Hermann Simon ci-dessous. En contrepoint, se dessine fortement une « nouvelle » approche des marchés : le design thinking où le principe ne consiste pas à laisser les designers prendre les rênes d’une entreprise mais à développer une pensée plus systémique, permettant ainsi de développer des offres ouvrant de nouveaux espaces de marchés.

Ces deux visions restent des éclairages très intéressants, gardez-les en mémoire et suivez votre voie !

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>