Les "Bonbons" sont l’avenir de l’homme

Bonbons (n. Masc., n. au féminin : Bobonnes) : Se dira des nouveaux hommes du XXIème siècle. Alors qu’ils commençaient à accepter leur part de féminité (en tant que Métrosexuels), ces hommes d’un nouveau genre vont finir par s’approprier les codes les plus valorisants réservés jusqu’à présent aux femmes. Le Ménager de moins de 50 ans va devenir une réalité.
  1. S’appuie sur deux tendances de fond : la revendication de l’égalité dans tous les domaines* et l’évolution (éclatement ?) du modèle familial traditionnel.
    *La féminisation à l’excès des mots masculins en est l’exemple le plus visible
    : professeure, docteure…pour les autres domaines, il faudra encore quelques quotas.

  2. Son profil reste encore à cerner, mais on peut donner quelques premiers éléments : fait les « courses alimentaires «, repasse ses chemises seul, passe l’aspirateur, connaît la différence entre liquide vaisselle et lessive liquide pour machine à laver le linge. A découvert avec bonheur la libération des lingettes. Se sent parfois un peu éloigné de ses enfants car il travaille beaucoup le bonbon. S’intéresse non seulement aux mousses à raser qui font la peau plus douce et plus ferme, mais prend déjà en cachette ses compléments alimentaires minceur. Lit les étiquettes pour débusquer les OGM. 
  3. Son état d’esprit : Un peu désorienté au début, il acceptera ensuite cette nouvelle répartition des tâches. Pourquoi ? Parce que Bobonne, pendant ce temps-là, aimerait être une femme, une vraie !

NB : Pourquoi ne pas avoir choisi « Bobo » ? Pour deux raisons : la première, c’est qu’on voudrait éviter de leur infliger tous les dénominatifs négatifs parfois utilisés pour les femmes. Bonbons, ça sonne « doux » et « transgressif » à la fois : ça donne envie ! Ensuite, parce qu’il y avait un risque de confusion avec un autre concept également bien connu « les Bobos » (surtout depuis que Renaud en a fait une chanson). Je vous donne néanmoins ma définition complémentaire du « Bobo » pour clarifier les esprits : les Bobos sont ceux qui habitent à Paris, de préférence dans le 18, 19 et 20ème arrondissements tant qu’ils n’ont pas d’enfants. Ils aiment cette diversité, source d’enrichissement. Ils jouent le jeu de la mixité sociale : j’achète mon pain dans la même boulangerie que Mr Kader. Ils voient tous les matins les gamins de 15 ans devant l’immeuble OPHLM en train de zoner. Ils n’achètent pas une trop belle voiture pour ne pas faire envie. Les Bobos sont très respectueux des états âmes de leurs voisins. Tout ça, c’est pour de vrai. Leur snobisme à eux : se payer le luxe d’être dans la vraie vie au quotidien et de pouvoir s’échapper au théâtre tous les vendredis soirs et aux Maldives pour les vacances de février.
Les Bobos restent-ils Bobos toute leur vie ? Non bien sûr !
En général, le saut du statut de Bobos à BoAs (Bourgeois Assagis) se fait toujours au même moment. Quand se pose le choix cornélien de l’entrée en classe primaire pour leur progéniture. la Bohème Attitude se radicalise alors. Deux options : Déménagement immédiat dans le Beau 17ème ou école privée. Il y aurait beaucoup à dire sur les BoAs mais les BoAs sont moins lyriques que les Bobos, on en restera donc là.

Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>