L’innovation d’intérêt général, une goutte d’eau dans l’océan de la valeur ajoutée ?

20 mars : journée mondiale de l’eau et plus particulièrement journée de sensibilisation sur l’assainissement de l’eau.L’accès à l’eau potable, pourtant source de vie, est loin d’être à la portée de tous, même en Europe. Au niveau mondial, ce sont 2,6 milliards de personnes (soit la moitié des humains) qui n’ont pas accès à l’eau potable (voir la synthèse UNESCO des

enjeux).Cette journée révèle également…cruellement deux réalités :

  • L’une économique et sociale : l’eau, symbole de la fracture sociale et d’une vision différente de la rareté : espoir de vie d’un côté et miroir d’une société du désir de l’autre.
  • L’autre plus technique : l’innovation qui doit être soutenue par des organisations mondiales pour émerger, et l’autre qui émerge grâce à la publicité et à notre fameuse appétence insatiable.
Mais il ne s’agit pas de culpabiliser qui que ce soit mais de changer un peu de point de vue : deux réalités, deux contextes a priori ? Il subsiste pourtant une question essentielle de fond : quid de l’innovation d’intérêt général ?

 

  • Les Etats uniquement ? On a vu ce que donnait la taxe de solidarité sur les billets d’avion !
  • Les ONG ? Elles sortent du discours moralisateur mais quelles sont leurs capacités réelles de mise en oeuvre ?
  • Les fondations d’entreprise ? Que peuvent-elles à elles-seules ? Une goutte dans l’eau ?
  • Les nouveaux philanthropes comme Bill Gates ? dont l’apport financier est loin d’être négligeable mais soulage peut être trop facilement nos propres engagements ?

 

 

Moi, je suis un peu comme vous j’imagine, pas vraiment engagée mais fortement sensibilisée. J’ai regardé rapidement les fondations d’entreprise en France (que celles que j’ai oubliées se manifestent)… Beaucoup de projets autour du Co2…un peu du côté de chez Véolia, voir ici. La fondation Altran, quant à elle, propose vraiment une innovation au service de l’intérêt général. Et les marques qui nous vantent la jeunesse du corps et la vitalité ? RAS.En résumé, l’innovation d’intérêt général sera l’enjeu du XXIème siècle tout court.
Avant que l’idée ne fasse son chemin, on finit par se dire « qu’est-ce qu’on peut faire » tellement le problème est énorme et inaccessible…et en général on ne fait rien dans ces cas-là.

Vous avez quand même envie de faire « bouger les lignes » ? Voici deux sites collaboratifs que cette journée aurait pû promouvoir :

Ideas That Can Change the World

Virgin Unite, pour vous faire une idée neuve du Charity Business
LifeSigns Network Bar du Claridge Hôtel à Londres

 

Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>