Psychologies Magazine : in the mood for diversification

La diversification, pour Psychologies Magazine, a commencé avec un complément désormais obligatoire pour le presse : le site internet.

Depuis, sa méthode d’innovation/diversification est un cas d’école en tant que tel.

Etape 1 : Après s’être assuré du succès du site (8,250 millions de pages vues et 375 000 visiteurs différents par mois), Psychologies s’est intérrogé sur sa cible (lectorat à 70% féminin, plutôt urbain, assez aisé et cultivé) ou plutôt sur sa non cible : qui sont celles qui se retrouvent dans la thématique Psychologies Magazine mais pas dans le ton ? Les jeunes adultes et certainement les « Grands Seniors ».

Pour l’instant Psychologies Magazine a choisi de cibler ses lecteurs de demain avec le site_psycho_pour_jeunes_adultes http://www.mood.fr/ .
A quand donc le site pour Grands Seniors ?

Etape 2 avec les produits dérivés. Leur but ? Renforcer l’univers et l’expérience autour de l’idée que je vends, dans le cas de Psychologies Magazine « Faites vous du bien ».
Développer des produits dérivés reste toujours un exercice délicat. Il s’agit en effet de donner un réponse simple à une addition qui ne l’est pas : accroître l’expérience de ma cible pour augmenter sa fidélité + se positionner sur des secteurs porteurs pour donner une image dynamique + rester cohérent avec ma marque. Bref, il n’y a qu’ à trouver les produits ou services
qui respecteront l’esprit (valeurs de la marque) et la lettre (chiffre d’affaires supplémentaire généré).
Ce sera chose faite le 4 juin puisque Psychologies lance
les MoodMix, des compositions musicales spécial « bien être » disponible sur le Net.
Pour aller un peu plus loin avec l’idée du bonheur en auto prescription
, nous leur suggérons de jeter un coup d’oeil sur les Parfums Smiley, une gamme de soins corporels antidépresseurs.

Etape 3 : repousser encore les limites de l’offre actuelle de son site. Pour ce faire, encore faut-il adhérer à la phrase de Rimbaud « Je est un autre ». Si tel est le cas, à quand les conseils et partenaires de Psychologies sur Second Life ? Si mon avatar suit un stage « S’affirmer et croire en soi » cela n’aura-t-il pas des répercussions bénéfiques sur moi ? Si mon avatar voit régulièrement un psychologue n’irais-je pas mieux ? La démarche que je n’ose entreprendre dans la vraie vie ne sera-t-elle pas facilitée dans un monde virtuel ?

Epilogue : Le champ des possibles reste donc encore très large pour Psychologies Magazine. La revue risque, non seulement, de donner encore quelques leçons de diversification à ses compétiteurs mais aussi aux professions médicales et aux acteurs de la formation…
La preuve que quand on est « in the mood », rien ne peut vous arrêter et tout vous réussit !

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>