Quel est le maillon faible dans votre chaîne de valeur innovation ?

L’innovation se traduit comme une chaîne de valeur qui irait de « comprendre qui vous êtes », l’ADN de votre entreprise pour reprendre une expression à la mode, pour savoir quelles questions se poser, les idées de solutions/développement à générer, comment les concrétiser et enfin, les suivre pour améliorer en permanence.Pour montrer que chaque étape représente un maillon essentiel de la chaîne de valeur, je leur ai attribué le même poids.En effet, si vous avez bien compris vos forces/faiblesses, mais que vous ne vous posez pas les bonnes questions, le résultat risque d’être très décevant.

De même, si vous avez plein d’idées mais que vous ne savez ni les sélectionner, ni les mettre en oeuvre, n’attendez pas de résultats mirobolants malgré vos investissements.

Enfin, si un de vos nouveaux projet de développement échoue et que vous vous contentez de mettre le projet au placard sans tirer partie des erreurs commises, vous comprettrez également la réussite de vos futures idées.

On peut considérer que, dans ce processus, les deux premières étapes (qui je suis et quel est mon problème) sont les plus « faciles » à maîtriser car elles font appel à des raisonnements classiques.En revanche, le premier maillon faible intervient avec la recherche d’idées-solutions. Dans ce domaine, différentes religions coexistent : entre celles qui sont « tendances », celles qui sont simples, celles qui vous parlent parce qu’on vous les a recommandées etc…

Choisissez la méthode qui vous correspond…et qui sera, a fortiori, la plus efficace.

Comment choisir la méthode de recherche d’idées la mieux appropriée ?
Je vous propose de vous inspirer du tableau opérationnel présenté par la Harvard Business Review dans l’article « The Innovation Value Chain« .

Les auteurs, Morten T. Hansen et Julian Birkinshaw, raccourcissent la chaîne de valeur en considérant qu’elle démarre avec la recherche d’idées-solutions. C’est, en tout cas, à partir de ce moment-là que le processus innovation peut commencer à dérailler, d’où l’intérêt de leur approche.

Que disent-ils ?

Ils croisent les 3 phases : la génération d’idées, la conversion et la diffusion de celles-ci.

Si on se concentre sur la phase de génération d’idées, les deux auteurs précisent les 3 options possibles (du plus simple au plus complexe) : la génération d’idées en interne, en transverse, avec l’externe et les questions à vous poser pour savoir dans quel style de génération d’idées vous vous situez.

Si vous souhaitez répondre à un questionnaire plus détaillé pour mieux appréhender votre style de « génération d’idées », voir l’article dans son intégralité. Vous y trouverez également quelques conseils de livres qui détaillent chacun des styles.

Et sinon, pour les exemples concrets, continuez à suivre ce blog !

Bon week-end à toutes et tous !

 

Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>