Requestionner pour innover

Nous sommes tous formés pour suivre les mêmes chemins de raisonnement et répéter les méthodes qui font gagner du temps.

Notre mode de pensée repose en général sur une analyse minutieuse et logique (qu’elle soit déductive ou inductive).

Cette « pensée traditionnelle » présuppose que :

  • nous avons tout le temps nécessaire pour collecter et analyser toutes les informations indispensables à la prise de décision,
  • nous réitérons les mêmes raisonnements logiques et par, conséquent,  les mêmes solutions (même si celles-ci  ne fonctionnent plus),
  • nous devons trouver la BONNE réponse.
Deux nouveaux éléments de contexte viennent quelque peu bousculer ces présupposés : 
  1. quand tout change vite et devient plus interconnecté et morcelé, pouvons-nous encore récolter toute l’information nécessaire et prendre le temps d’analyser l’information de façon approfondie ? 
  2. quand la survie des entreprises dépend de leur capacité à se différencier, à apporter toujours plus de valeur ajoutée…comment faire différemment, mieux et plus vite pour rester en tête de course ?
En résumé, comment maintenir accélération, différenciation et pertinence de la réponse ? REQUESTIONNEZ !Les questions que nous posons guident le type de réponses que nous allons apporter.
Pour changer, innover plus, faire autrement, il est vital soit de réapprendre à se poser des questions, soit d’en découvrir de nouvelles : celles qui ouvrent dans le cerveau de nouveaux territoires à explorer, de nouvelles connexions possibles.

Qu’est-ce qu’une BONNE question ? 

  • Une bonne question, c’est celle qui d’un seul coup nous ouvre une voie que l’on n’aurait même pas penser emprunter : pour nous-même, pour les autres, pour notre problématique.
  • Une bonne question bouscule notre « carte du monde ».
    Faites l’exercice par vous-même « Quelle est la dernière BONNE question qu’on vous a posé ? » « Quel effet cette question a-t-elle produit ? »
  • Une bonne question nous invite à faire une pause avant de donner notre réponse (qui alors n’est plus forcément la BONNE réponse mais une réponse possible).
  • Une bonne question est souvent désarmante tant elle est simple (voir la question point 2 ci-dessus).
  • Une bonne question rend plus intelligent.
  • La puissance d’une question tient au contexte dans lequel elle est posée.
    J’insiste sur cette dimension car certains bestsellers prônent de commencer systématiquement par la question « Pourquoi », d’autres d’éviter le « Pourquoi » etc…
    L’innovation ne peut se contenter de raisonnement bipolaire mais requiert agilité et pertinence de la pensée. La pertinence se juge par rapport au contexte et l’agilité à la capacité d’hybrider les meilleures inspirations possibles.
C’est le principe de l’InnovaCtionnaire 2013 : avant de partager des méthodes, repensons (à) nos questions. Tous les grands projets innovants et toutes les innovations commencent par une BONNE question, les plus connues étant :
  •  « Et si une voiture servait uniquement à se déplacer ? » (changer les paradigmes d’un marché : passer de la voiture-statut à la voiture-fonction et par extension à l’économie de fonctionnalité).
  • « Pourquoi utilisons-nous ce processus depuis dix ans ? » (mettre à jour les croyances ou règles établies dans une organisation).
  • « Quel nouvel acteur pourrait bouleverser les règles de notre marché ? » (imaginer l’inimaginable quand on est leader).
  • « De quoi rêvons-nous ? » (transformer l’organisation, l’équipe en définissant une vision).
  • Etc…

Les « boîtes-à-questions » sont généralement présentées en fonction des objectifs à atteindre, mon parti pris pour l’InnovaCtionnaire 2013 consiste à partager des questions que j’utilise au quotidien, que ce soit pour préparer des ateliers innovation (stratégie, culture, transformation, leadership…) ou pour accélérer la réflexion durant ces ateliers, MAIS en fonction des qualités innovation à développer.

Pourquoi ?
Les objectifs à atteindre changent constamment, seules les qualités s’inscrivent dans la durée.
Ce sont les qualités qui permettent de cultiver « l’esprit d’innovation », de « faire l’innovation » et lancer de nouvelles ConversaCtions autour de l’innovation !

 
En attendant la sortie de l’InnovaCtionnaire 2013 début janvier 2014, rester connectés pour découvrir dès la semaine prochaine les QUESTIONS !
 
« Une question qui n’est pas posée, c’est une porte qui n’est pas ouverte » Marileee G. Adams
Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>