Retrouvons un peu d’intelligence sensible (2)

Le problème avec l’intelligence sensible, c’est quand elle n’est pas « focalisée ».
Je veux dire par là, quand aucune tension (gestion de polarité) n’est créée entre la nouvelle posture souhaitée d’écoute, d’observation, de compréhension et un objectif clair pour l’entreprise, l’équipe concernée.
Je cite en exemple une vidéo (dont on ne se lasse pas), qui illustre ce genre de non-focalisation (très exagérée dans l’exemple…quoi que) :
 

IBM:Ideating

 
Comment gérer ces polarités inhérentes au processus créatif, puisqu’il faut souvent beaucoup diverger pour converger ensuite vers des solutions tangibles ? Par l’expérience.
Mettre en place une journée de réflexion autour d’un peintre précurseur et ne pas travailler ensuite des idées concrètes applicables au contexte de l’entreprise, cela développe l’intelligence sensible et ouvre l’esprit mais cela ne renforce pas la capacité de l’entreprise à apprendre en permanence et, de fait, à innover.
 

Une organisation apprenante sait gérer le juste équilibre entre la capacité de ses équipes à se connecter avec l’extérieur (capacité d’écoute, de curiosité, de réceptivité) et à structurer ces nouvelles informations pour action en interne.Start talking AND doing !

 
 
Marianne Dekeyser

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>