SAP diversifie…trop tôt ?

Qui ne connaît pas SAP, le leader mondial des progiciels applicatifs pour les entreprises ?

On peut citer cette entreprise comme l’exemple de l’innovation continue même si on la trouve rarement dans les classements « en vue » car ses produits s’adressent à une cible BtoB (les entreprises).

Pourtant, depuis plus de 30 ans la petite start up allemande a parcouru bien du chemin…qui mérite un petit détour :

  1. Au début : tout part d’un constat…pragmatique.

    Cinq cadres d’IBM constatent que toutes les entreprises clientes des sociétés informatiques leur faisaient développer des logiciels complets qui se ressemblaient.

    Ils imaginent alors la conception d’un outil de gestion standard adaptable à toutes les entreprises.

    Mais IBM ne croit pas en leur projet car dans le contexte informatique de l’époque, l’entreprise cliente cherche d’abord les meilleurs ordinateurs avant de penser aux logiciels.

  2. Mais ils croient en leur projet et cherchent un premier client intéressé pour donner corps à leur idée de départ :

    Le client sera ICI et ils développent un premier progiciel de gestion des immobilisations pour celui-ci.

  3. Ils élargissent leur gamme de services aux autres besoins des entreprises :
    En priorité vers leur savoir-faire, le « back office » avec des progiciels de gestion des achats, stocks, factures. C’est la naissance de l’ERP ou PGI (
    Progiciel de Gestion Intégré).
    Puis SAP s’intéressent aux autres besoins complémentaires des entreprises, le « front office », ils font alors évoluer leur offre vers des offres de type CRM (Gestion de la Relation Client).

  4. Fort de son savoir-faire, SAP commence à s’internationaliser (Pays-Bas, France, Etats-Unis).

  5. SAP développe tout un réseau de partenaires en amont et en aval, créant un véritable écosystème SAP : pour traiter notamment l’intégration de leurs progiciels (cabinets de conseils, SSII etc…), pour anticiper l’évolution de l’environnement de leurs clients (un exemple récent avec le partenariat SAP et Business Objects).
    Pour en savoir plus sur leur programme de partenariats, c’est ici.

  6. Leur problématique actuelle : développer leur savoir-faire sur de nouveaux marchés et de nouvelles cibles, changer leur image de « partenaire pour les grands comptes ».

    Ils commencent à s’implanter sur le médical par exemple et viennent de présenter au CEBIT 2008 une innovation intéressante, le logiciel HELP (via Australian IT).

Pour simplifier, ce logiciel est dédié aux consommateurs (nouvelle cible pour SAP) et, téléchargé sur un téléphone portable, il permet au client d’un supermarché de rentrer sa liste de courses et ensuite de choisir parmi les modalités suivantes :

  • repérer visuellement sur son écran où se trouve le produit souhaité dans le magasin
  • déterminer les marques disponibles et les prix

L’objectif consiste à rendre Madame Michu aussi efficace et productive que Monsieur Durand dans son entreprise.

Qu’ont dit les distributeurs en voyant ce nouveau progiciel ? Trop cher et irréaliste car ce progiciel suppose que le magasin soit équipé complètement (produits, allées etc…) de puces RFID.

Irréaliste jusqu’à quand : deux ans, cinq ans ? C’est un peu la question que l’on peut se poser et pour voir les avancées (à pas de géant) en matière de RFID, cliquez ici.

Je vous laisse deviner la suite…reprenez au début de l’histoire !

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>