Simplifier l’hyperchoix ?

L’hyper choix, d’abord perçu comme une liberté de consommation supplémentaire pour chacun d’entre nous, s’est transformé en casse-tête de consommation : comment arbitrer entre autant d’offres similaires pour un même besoin ?

Cet hyperchoix finit par générer un vrai stress du point de vue des consommateurs que nous sommes. Les fabricants des différents secteurs ont compris l’intérêt de simplifier leur offre (moins de produits ou dotés de moins de caractéristiques) et de segmenter plus clairement leurs produits/services pour faciliter notre acte d’achat. Mais est-ce la seule voie possible ?

Voici deux initiatives intéressantes qui simplifient l’hyperchoix :

  1. La télécommande Pultius ou comment proposer autant de boutons que de chaînes. L’avantage, c’est que vous n’avez plus besoin de zapper pendant 10 minutes pour passer de la chaîne n°2 à 50 en défilant toute les chaînes ou en composant directement le numéro. Personnellement, ça me donne presque le mal de mer. Le seul petit inconvénient, c’est la taille : elle fait environ 50 cm de long, mais au moins, vous ne mettrez pas 10 minutes pour la chercher sous les coussins !

  2. Les « menus-défilés » proposés par les grands chefs. JP Géné dans le Monde2 de ce week-end expliquait (avec beaucoup d’humour) comment « le consommateur se retrouvait avec 13 plats à avaler, souvent sans issue de secours » et comment « de plus en plus de restaurateurs transforment un repas en épreuve d’endurance, limite cours magistral ».
    L’idée derrière cette démarche : vous prendrez bien un petit peu de tout pour éviter d’être frustré.

Ce que l’on peut noter dans ces deux démarches, c’est la volonté simultanée de concentrer et de visualiser l’hyperchoix : je peux tout tester (ma liberté de consommer est préservée) mais je n’aurais pas d’indigestion (petites quantités proposées ou accès direct à mon choix).

Avec la télécommande, je visualise ma liberté de choisir entre les 300 chaînes mais sans les inconvénients. Avec mon « repas-défilé », je déguste toutes les prouesses du chef sans ressortir ventre à terre.

Et vous, fabricants, comment appliquer cette approche à votre offre produits/services ?

Le secteur de la beauté a commencé à initier une démarche identique avec les mini trousses de produits pour le week-end : vous avez votre « dose » de gel douche, crème pour le corps et déodorant de la même marque pour un week-end. Imaginons maintenant qu’ils nous proposent le même principe pour une durée également limitée mais un peu supérieure…ma dose de produits pour 15 jours par exemple. Je consomme mais sans me retrouver non plus avec la même crème à utiliser pendant 2 à 3 trois.

Pourquoi devrais-je acheter un seul modèle de voiture dont la taille ne peut jamais s’adapter à mes besoins en fonction de mes activités ? J’ai une famille, j’achète un monospace ¨même si je vais au bureau seul ? L' »offre-défilée » chez Renault, cela pourrait ressembler à une Twingo pour la semaine et un monospace le week-end. En résumé, Renault ne vendrait plus des voitures mais de la mobilité.

Vous pourrez penser que c’est déjà le principe qu’applique une Newsletter également : elle vous simplifie l’hyperchoix…oui, mais elle ne vous montre que le résultat et pas l’étendue du choix. Cela fait-il une différence ? Oui, cela renforcerait son impact et sa lecture.

A vous, fabricants, de démontrer désormais toutes les prouesses techniques dont vous êtes capables pour nous faire consommer…sans indigestion tout en confortant notre liberté de choix !

0 Commentaire

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>