Confirm Humanity

J’ai pensé à Ousmane Sow ce matin, sculpteur monumental de l’humanité avec « ses grands hommes », tandis que je confirmais pour la énième fois que je n’étais pas un robot au moment de m’inscrire à une infolettre.

Ousmane Sow l’artiste sénégalais traduit le message paradoxal de ses sculptures, parfois guerrières : « Nous devons être dans l’apaisement », mais il rajoute « si nous devons aller à la guerre, nous irons à la guerre. »


La guerre, nous y sommes. Si jusqu’à présent, nos peurs se concentraient sur la capacité d’une Intelligence Artificielle à penser à notre place, il semblerait que le champ de nos appréhensions ait changé de focale, nous ramenant au niveau premier de la pyramide de Maslow. D’une vie comme d’habitude à une vie hors norme : hors temps, hors bureau, en dehors de tout repère connu…nous plongeant dans une anamorphose du réel et temporelle. L’expérience que nous vivons est celle de la post-normalité pour reprendre l’expression consacrée de Ziaudin Sardar “une période intermédiaire où de vieilles orthodoxies meurent, de nouvelles doivent encore naître et où très peu de choses semblent avoir du sens” du fait de la présence concomitante de Complexité, Chaos et Contradictions.
Ce qui semblait impossible hier “un match de foot sans spectateurs, ne plus faire la bise, ne plus serrer la main, ne plus sortir…” fait désormais partie de notre quotidien.

C’est notre instinct de survie qui est en train d’entrer en jeu. Bien plus, nos systèmes sont inondés d’hormones de stress, nous perdons l’accès à la partie rationnelle et pensante de notre cerveau. La libération d’adrénaline et de cortisol apporte une vigilance accrue et déclenche nos réponses de stress : le combat, la fuite ou l’inhibition. Alors que nous sommes prêts à nous battre (au supermarché pour un rouleau de papier toilette), ces mêmes hormones ne nous aident pas à penser rationnellement.

Alors, comment pouvons-nous aider notre cerveau à retrouver raison ? Peut-être en nous rappelant que ce que nous pouvons contrôler, c’est… notre réponse. Au-delà d’une philosophie stoïcienne, nous le vivons vraiment et c’est peut-être l’occasion de nous “empuissancer”, néologisme d’empowerment, c’est-à-dire de renforcer notre puissance d’action, mais aussi le sens de nos actions et le respect des autres…en en faisant moins ou différemment et nous l’espérons mieux.

Tel était le thème du dernier Labo du Management© que j’animais sur le thème “Rx-Thinking©  : êtes-vous, comme Alice, chaos compatible ?” Nous aimons en effet penser la réalité comme une vérité stable, une fondation, un « ground » en philosophie. Pour Alice (au Pays des Merveilles), le sol semble se dérober sous ses pieds et ses certitudes en même temps quand elle tombe dans le terrier du Lapin Blanc. Cette chute initiale correspond à un moment où coexistent absence de limites et de peurs : passage entre la réalité et le rêve, entre le monde connu et inconnu, le normal et l’anormal où elle doit lâcher prise avec le connu et retrouver prise dans l’inconnu.
Une des questions posées aux participants était alors “Et si ce que nous pensions pour acquis se dérobait sous nos pieds ?” “Comment se préparer à l’inconnu, comment se préparer à ce que nous ne connaissons pas ?”

Pour le Rx-Thinking© (ou eXpérience Radicale de la pensée), cette “préparation” relève d’une manière-d’être-au-monde pour accueillir l’imprévu. Plus concrètement, ces contextes “hors normes” nous invitent à développer une plus Haute Qualité Relationnelle avec nous-mêmes, les autres et le mondes pour faire appel au concept de Résonance théorisé par le philosophe Hartmut Rosa et que l’on retrouve au travers des cinq postures d’Alice dans le conte (Accepter, Lâcher prise, Improviser, Créer et Explorer). La petite fille semble être le jouet d’un destin moqueur et pourtant, elle apprend à répondre petit à petit pour s’affirmer et se transformer.

On parle de guerre, je vous parle de Lewis Caroll et de son conte, vous êtes perdus ? Alice fait pourtant comme vous, elle doit revenir “aux choses-mêmes” pour sortir du “donné”, des “évidences” , elle doit jouer avec l’absurde pour retrouver le sens, faire preuve d’hypercréativité pour trouver de meilleures réponses et se construire.

Nous sommes entrés dans le monde de l’impensé et de l’impensable ; plus rien ne sera comme avant dans nos vies de tous les jours, pour les stratégies innovation et transformation également. Le Rx-Thinking© en appelle à la puissance de l’Imagination Augmentée,  “imaginer plus pour vouloir mieux” aurait dit Paul Ricoeur et à repenser nos KPIS (Key Performance Indicators) en KCCIs (Key Conscious Creative indicators). Ces KCCIs reposent selon nous sur quatre nouveaux questionnements pour “sortir par le haut” de ce contexte et se réinventer demain : le Beau, le Bon, le Juste et l’Utile.

Bien avant de parler “évaluation”, la situation que nous vivons nous pose évidemment une question fondamentale d’échelle, qui peut se lire de différentes manières : mondiale, locale, personnelle… cela interroge la condition humaine prise entre l’infiniment grand et l’infiniment petit (pour paraphraser Pascal) mais aussi directement notre manière d’habiter, d’être au monde.
Choisissons l’infiniment grand plutôt que l’infiniment petit, l’apaisement plutôt que la peur et l’irrationnel ! Si nous devons aller à la guerre, comme le dit Ousmane Sow, faisons-le l’humanité au coeur, en réapprenant à prendre soin de nous, des autres et du monde.

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.