Partager pour consommer

Le 2.0 a réinventé et amplifié une façon de consommer qui existait déjà, le partage organisé (troc, prêts, commerce, location, don), mais il l’a transformé en une expérience paradoxale puisqu’ultra-individuelle et ultra-collaborative à la fois.

Des prêts sociaux (Zopa), à l’auto-partage (Zipcar)? au co-travail (HubCulture), à la location de personne-à-personne (Zilok), au voyage collaboratif (Air BnB), au partage de ressources entre voisins (WeCommune) (pour ne citer que quelques grands noms qui ont fait beaucoup d’émules)… 

Cette e-consommation est aiguillonnée par une dimension responsable, parfois combinée ou non à la recherche intelligente de la bonne affaire (se délester de la propriété au profit de l’usage, d’un coût réduit et d’une réduction des impacts environnementaux).

Le site Shareable (“Partageable”) nous propose la vidéo qui explique tout sur la consommation collaborative, teasing du livre à paraître en septembre “What’s mine is yours” :


On connaissait le B2C, le B2B, le B2B2C, puis le C2C…Viendra sous peu le B2CC (Business  to Client Collaboratif).
 
Les marques apprennent à parler aux communautés, elles vont devoir intégrer une nouvelle question dans leur développement d’offres, un nouveau “P” (concept marketing plutôt chahuté par le 2.0) : l’usage de mon produit ou service est-il Partageable ?

Sur le même thème, notamment :Jusqu’où ira Super Client ?


Comments

  • Avatar
    reply
    Benjamin
    18 février 2011

    Article très sympa, merci !

    Il existe également une présentation de Rachel Botsman (la co-fondatrice du mouvement “consommation collaborative”), qu’elle a effectué à Sydney, et qui est tout simplement brillant : http://bit.ly/hzQy8D

    Sur http://www.e-loue.com, la plate-forme de location d’objets entre particuliers, nous croyons que la consommation collaborative est une réponse à la surconsommation, et à ses dangers (pollution à grande échelle, endettement, etc. …).

  • Avatar
    reply
    Marianne Dekeyser
    18 février 2011

    Bonjour Benjamin, merci pour les compléments d’information. J’ai effectivement écrit le billet au moment où le livre sortait et depuis le site de Collaborative Consumption s’est beaucoup étoffé.

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.